Réforme du bac et du lycée : ce qui va changer

Réforme du bac et du lycée : ce qui va changer

 

Publié le 27 février 2018 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Illus

Illustration 1 undefined

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a présenté les grandes lignes de la réforme du baccalauréat général et technologique et les évolutions du lycée au Conseil des ministres du 14 février 2018.

Afin d’accorder davantage de place au travail du lycéen au cours de la première et de la terminale, le baccalauréat nouvelle formule introduit une part de contrôle continu qui pèsera pour 40 % de la note finale et prévoit 4 épreuves en terminale, dont un grand oral devant un jury, qui compteront pour 60 % de la note finale. Le futur baccalauréat sera en vigueur pour la session 2021.

Baccalauréat 2021 : ce qui change, ce qui est maintenu

Les élèves actuellement en troisième et qui entreront donc en seconde à la rentrée 2018 sont concernés par cette réforme et inaugureront la nouvelle mouture du baccalauréat en 2021.

Voici les principales dispositions :

  • les épreuves anticipées de français (un écrit et un oral) en fin de première sont maintenues mais seront revisitées ;
  • un contrôle continu (40 % de la note finale) : épreuves communes organisées au cours des années de première et de terminale de type « bac blanc » comptant pour 30 % et notes des bulletins scolaires de première et de terminale (10 %) ;
  • 4 épreuves en terminale (60 % de la note finale) : 2 épreuves écrites sur les disciplines de spécialité choisies par l’élève, au retour des vacances de printemps ; l’écrit de philosophie et un oral devant un jury, fin juin ;
  • le bac est obtenu à partir d’une moyenne générale de 10/20, il n’y a pas de note éliminatoire ;
  • le système actuel de compensation et de mentions est maintenu ;
  • l’oral de rattrapage est maintenu.
 

Nouvelle organisation des enseignements

Pour préparer les élèves à ce nouvel examen, l’organisation du lycée va être progressivement modifiée. La voie technologique conserve son organisation en séries. En revanche, les séries L, ES et S de la voie générale sont supprimées et remplacées par des spécialités que les élèves devront choisir en entrant en première.

La voie générale comprendra :

  • un socle de culture commune (français, philosophie, histoire-géographie, langues vivantes…) ;
  • des disciplines de spécialité (mathématiques, sciences de la vie et de la terre, sciences économiques et sociales, arts…). L’élève devra choisir trois disciplines en première et deux en terminale parmi les trois suivies en première ;
  • un temps dédié à l’orientation et à l’accompagnement pour préparer dès la seconde les choix de parcours puis le choix des études supérieures ;
  • des enseignements facultatifs.

 

De nouvelles disciplines voient le jour comme les humanités scientifiques et numériques dans le socle commun ; géopolitique et sciences politiques, sciences informatiques et numériques dans les spécialités.

 

Les étapes de la réforme

  • rentrée 2018 : les élèves de seconde passent un test numérique de positionnement afin d’évaluer leurs compétences en français et en mathématiques ;
  • rentrée 2019 : introduction des spécialités. Les élèves de première doivent en choisir trois. Leurs notes des bulletins scolaires sont prises en compte pour le bac et ceux-ci passent deux sessions d’épreuves ponctuelles, en janvier et en avril ;
  • rentrée 2020 : les élèves qui entrent en terminale choisissent deux spécialités parmi les trois suivies en première. En décembre, de nouvelles épreuves sur toutes les matières comptent pour le bac. Au retour des vacances de printemps, les élèves passent les deux épreuves de spécialités. En juin, ils passent l’épreuve écrite de philosophie et l’oral sur un projet interdisciplinaire choisi par l’élève et préparé dès la classe de première.