L’Apel soutient le comité national contre le bizutage

La rentrée universitaire est l’occasion pour l’Apel de renouveler son soutient au Comité national contre le bizutage qui informe et sensibilise les élèves pour leur rappeler que le bizutage est interdit par la loi.

Trop de chefs d’établissements cherchent encore à minimiser les faits ou à les ignorer, surtout lorsqu’ils se déroulent en dehors de l’établissement. Les sanctions, lorsqu’elles existent, sont dérisoires et peu ou pas dissuasives. Comment s’étonner dans ces conditions que les jeunes bizutés aient toujours autant de difficulté à témoigner par peur de représailles et préfèrent parfois renoncer aux études qu’ils envisageaient ? Ce sont généralement des parents inquiets qui contactent le CNCB pour dénoncer les faits ou pour exprimer leurs craintes et celles de leurs enfants.

C’est pourquoi en tant que membre du conseil d’administration du Comité national contre le bizutage l’Apel soutient l’action du CNCB qui aide les étudiants victimes du bizutage, mais intervient également auprès des élèves et des personnels d’encadrement à la demande des chefs d’établissement pour prévenir ou éradiquer le bizutage.

Car rappelons-le, le bizutage est un DÉLIT puni par la LOI loi du 18 juin 1998.

Un bizutage est annoncé, que faire ?

Avertissez aussitôt le directeur, les professeurs, les parents et le CNCB qui interviendra en garantissant l’anonymat.

Que faire en cas de bizutage ? 

  • Rassemblez les preuves
  • Prenez contact avec la direction de l’établissement, le CNCB
  • Consultez un avocat
  • Portez plainte. Les témoignages peuvent être reçus sous couvert d’anonymat. La loi protège dorénavant les personnes qui refusent le bizutage et celles qui osent témoigner.

Pour en savoir +, téléchargez la plaquette du CNCB  » Bizutage, en parler pour mieux le combattre « 

Pour contacter le CNCB

• Adresse email contact(at)contrelebizutage.fr

C’est le moyen rapide à privilégier.

• Ou par téléphone : 06 07 45 26 11 – 06 82 81 40 70 – 06 07 76 93 20

Il n’y a pas de « permanence » proprement dite. En cas d’absence, vous pouvez laisser un message ou votre numéro de téléphone. (Confidentialité assurée).

> Retrouvez le CNCB sur Facebook et sur Twitter

et sur http://contrelebizutage.fr